Ça y est !

Ça y est ! Le centre résidentiel Terres Rouges est ouvert !!!

Depuis des mois, nous préparions cette ouverture. C’est fait ! Il s’agit du quatrième projet de notre association à Cotonou au Bénin (lisez ici la lettre des administrateurs ).

J’avais envie de partager avec vous ce qui s’est passé hier.

Nous avons eu une super chouette réunion avec la nouvelle équipe durant toute l’après-midi. Il y a vraiment une bonne ambiance, les gens participent en réunion, osent s’interrompre, donner leur avis, me dire qu’ils ne sont pas d’accord avec ce que je propose…Chose exceptionnelle ici…!!

Nous avons ri tout en travaillant, Ils avaient acheté des pâtés (beignets locaux) pour fêter l’ouverture…

Une des éducatrices a même apporté des jeux de société, des boules de pétanque, des puzzles, des quilles !

Ils ont vraiment l’air motivés, c’est encourageant !

J’ai récolté toutes leurs idées d’activité pour faire le planning des journées et ils m’ont épatée!

Nous avons eu une très bonne discussion et réflexion sur l’organisation de la journée :  horaires des repas, lever, coucher, sieste, scolarisation, activités, temps libre…

Je propose notre planning ce jeudi en comité de gestion pour le faire valider.

Pour préparer l’arrivée des premiers hier, Parfait avait installé 3 moustiquaires, avec 3 nattes et il avait même mis au bout du lit une éponge et un savon dans une boîte pour chaque enfant. C’était vraiment mignon de sa part.

Les deux enfants sont arrivés à 18h30 après la réunion. Chacun à sa manière mais c’était très touchant.

Nestor (6 ans) avait reçu un costume traditionnel de l’équipe du dortoir et des baskets. Il est arrivé avec Armel, un des psychologues et nous a dit à quel point il attendait ce moment. Il avait un sourire jusqu’aux oreilles et du haut de ses 80 cm, était fier comme tout d’être le premier à intégrer le centre. Il a vraiment l’impression d’être chez lui.

Pour Fernand (9 ans), rien n’était gagné d’avance mais son arrivée fut très chouette aussi. Normalement, Alida venait le chercher au centre de jour pour faire la transition jusqu’au résidentiel mais il était tellement impatient qu’il est venu à pied, tout seul.
Il s’est présenté chez nous et nous a témoigné la joie et l’impatience qu’il avait d’enfin trouver un endroit qui ressemblera à une famille.

Il avait l’air apaisé, je suis sûre que cet enfant va se métamorphoser…

Par contre, c’est fou comme on ne peut pas savoir ce qu’il se passe dans la tête de ces enfants. Fernand a réussi à dire avant que je ne parte hier soir que la plus grande peur qu’il avait était que l’éducatrice de garde ne soit pas gentille avec eux et les tape. Comme quoi, leur insécurité est bien ancrée et reste tellement envahissante.
Ce qui me rassure aussi sur la nécessité de notre prise en charge au résidentiel pour ce genre d’enfant.

Bref, je ne vous cache pas que j’étais émue en partant du centre hier soir. Ca fait un bon bout de temps que j’attendais ce moment…

Maintenant, c’est à nous d’arriver à ce que ces enfants soient bien, grandissent comme ils le méritent, trouvent ce qu’ils cherchent et surtout aient envie de rester et ne fuguent pas…quel défi!

J’ai confiance en mon équipe.


Amélie de Brabandère

N.B. : Dans le souci de préserver l’anonymat des enfants, leurs prénoms ont été changés

Les commentaires sont fermés.